HISTOIRES Un temps record : comment Richard Sapper a conçu la Heuer Microsplit 520 en seulement quatre mois

10 min

Pour raconter l'histoire du TAG Heuer Microsplit, un petit flaskback s'impose jusqu'au début du XXe siècle, un tournant de la relation de l'Homme avec le temps.

Le Heuer Mikrograph, également connu comme étant le premier chronomètre précis au 1/100e de seconde, fut lancé en 1916 par Charles-Auguste Heuer. En quelques mois seulement, les horlogers Heuer réussirent à mettre au point le prototype du Mikrograph, alors dix fois plus précis que n’importe quel autre modèle disponible sur le marché.

En 1976, le Mikrograph connut l’une de ses transformations les plus radicales avec le lancement du chronomètre Heuer Microsplit 520. Premier chronomètre de poche au monde précis au 1/100e de seconde avec écran LCD, le TAG Heuer Microsplit conçu par le célèbre designer industriel Richard Sapper fit sensation tant par son esthétique que par sa fonctionnalité. À l’instar de ses prédécesseurs, Sapper parvint lui aussi à créer un prototype au design avant-gardiste dans un laps de temps extrêmement court de seulement quelques mois.

 

 

Considéré comme l’un des designers les plus importants de sa génération, Sapper était connu pour ses créations conjuguant harmonieusement formes simples et haut degré d’innovation technique. Son style caractéristique témoignait souvent d’un certain sens de l’humour, avec des éléments de surprise et une créativité unique. Ceci lui a valu plusieurs prix internationaux de design, ainsi que l’inclusion de ses travaux aux collections permanentes de nombreux musées prestigieux, tels que le MoMA new-yorkais ou le Victoria & Albert Museum de Londres. Une réussite due en partie à son approche pragmatique :

« Ce qui me guide dans mon travail de designer, c’est la volonté de trouver une solution logique à un problème […] que j’ai rencontré personnellement, ou susceptible d’arriver à d’autres personnes. Une fois ce problème posé, j’essaie de trouver une solution logique. »Richard Sapper – « The Process of Design », dans Pacific Design Center News (Los Angeles, 1987).

 

Mais comment a-t-il su créer un design aussi remarquable en si peu de temps ? Au tournant des années 1960 et 1970, le domaine de l’ingénierie électrique est traversé par un vent de changement. Sapper se souvient :

« [Heuer] a été l’un des premiers à comprendre que l’ère de la montre mécanique touchait à sa fin, et que le recours au design industriel devenait absolument indispensable…» – Richard Sapper, « The Process of Design » dans Pacific Design Center News (Los Angeles, 1987).

 

Dans ce contexte d’évolution technologique, Sapper relève le défi de créer très rapidement une montre électronique répondant à des standards de qualité élevés. Il ajoute :

« Quatre mois m’ont suffi pour créer le design de la montre. Généralement, il me faut au moins un an à compter de la date de commande pour livrer le design final. Six mois plus tard, les prototypes étaient opérationnels, et un mois après, le produit fini était prêt. En tout, le processus s’est étalé sur onze mois, un record. »Richard Sapper – « The Process of Design », dans Pacific Design Center News (Los Angeles, 1987).

 

En ingénierie comme en informatique, le progrès technique va tellement vite que les dispositifs électroniques se perfectionnent très rapidement.

« Lorsque la montre est apparue sur le marché, celle-ci contenait un système électronique qui possédait trois générations d’avance sur le marché. Il fonctionnait mieux, coûtait deux fois moins cher et ne prenait qu’un dixième de la place initialement prévue. »Richard Sapper – « The Process of Design », dans Pacific Design Center News (Los Angeles, 1987).

 

Loin de se limiter au monde de l’horlogerie, les innovations introduites par Sapper avec le Microsplit 520 vont jusqu’à influencer la conception des premiers ordinateurs. Les designs créés par Richard dans le cadre de son travail pour Heuer préfigurent en effet ceux qu’il réalisera plus tard pour le compte d’IBM. On pense au design du chronomètre Microsplit, et notamment son couvercle à charnière qui deviendra un concept clé du célèbre ThinkPad. Richard a même qualifié sa collaboration avec Heuer d’étape importante dans sa carrière.

« La collaboration [avec Heuer] a été très positive pour moi… et le Microsplit 520 m’a énormément apporté. La configuration des différents éléments, avec les piles devant et les poussoirs sous le couvercle, semblait tout à fait logique à l’époque. Par la suite, cette disposition est en quelque sorte devenue la règle pour tous les ordinateurs portables que j’ai dessinés. Abstraction faite de ses dimensions, ce chronomètre est comme un ordinateur portable. Il s’agit d’un instrument électronique. On peut l’ouvrir et le fermer. On peut l’emporter avec soi. »Richard Sapper – « The Process of Design », dans Pacific Design Center News (Los Angeles, 1987).

 

Mais outre son talent, sa persévérance, son ingéniosité et– il faut bien le dire – une part de génie, Richard Sapper avait un don pour cultiver de précieuses amitiés. Et cela a eu une importance indéniable dans sa carrière. L’une de ces amitiés fut décisive dans l’élaboration du Heuer Microsplit puis d’autres modèles remarquables nés de la collaboration entre TAG Heuer et Richard Sapper :

« Jack Heuer était un chic type et un personnage hors du commun. On a passé beaucoup de temps ensemble. C’était génial de travailler avec lui, car il s’y connaissait énormément. Il n’est pas indispensable d’être amis pour créer un bon design, mais ça aide. J’ai travaillé sur d’autres projets […] pour lesquels le client n’éprouvait strictement aucun intérêt. Ce n’était pas le cas avec Jack. »– Interview réalisée avec Michele de Lucchi pour Ufficio Stile 14, n° 4 1982

 

 

Si le Microsplit a depuis fait l’objet de nombreuses transformations et réinterprétations; le design originel de Sapper a superbement résisté à l’épreuve du temps. Modèle iconique de l’histoire du chronométrage, le Microsplit 520 est devenu une pièce de collection très recherchée grâce à son esprit vintage des années 1970. Il marque non seulement le début de la collaboration entre Heuer et le célèbre designer, mais aussi la naissance d’une amitié qui changera à jamais l’histoire de l’horlogerie.